verger à la Vallée des Rosiers

Des bibittes, des bibittes, encore des bibittes dans notre verger

Début de saison difficile pour notre verger

Les bibittes ont envahi notre verger de pommes et de prunes. Tout a débuté par l’apparition des chenilles qui se sont bien installées sur les feuilles de tous nos arbres de notre verger. Nous avons eu la chance de les déceler assez tôt, alors elles étaient encore petites. Nous avons utilisé un produit à usage domestique de la marque Wilson efficace contre les chenilles. Une vaporisation sur tout le feuillage et l’infestation des chenilles a été maîtrisée.

Bibittes dans le verger

Un répit de quelques jours et nous avons de nouveau remarqué que les feuilles de certains arbres subissaient des dommages. Des centaines de scarabées japonais avaient pris d’assaut la grande majorité de notre verger! La guerre contre ces bibittes n’est pas facile puisqu’il n’y a pas de remède avec les produits peu chimiques. La solution : les enlever à la main et les tuer en les noyant dans un sceau d’eau savonneuse. Croyez-le ou non, il pouvait y avoir des centaines de scarabées dans un arbre! C’est un travail de moine d’éliminer ces bestioles et nous avons fait cette procédure environ quatre fois dans une semaine. Nous espérons que les jeunes arbres plantés cette année survivront, car ils ont perdu toutes leurs feuilles. Nous avons acheté des pièges à scarabées que nous utiliserons l’année prochaine. Histoire à suivre pour leur efficacité!

Filets pour protéger les vergers

Protection de nos plans de bleuets

Pour protéger nos plans de bleuets contre les oiseaux, nous avons installé des filets. Nous avons hâte de  goûter à nos premiers bleuets! Certains arbres ont été plantés en terre, mais nous avons aussi des plans de bleuets que nous laissons en pots avec un système de goutte à goutte alimenté par une pompe. Belle ingéniosité!  Nous avons aussi débuté l’installation de ce système pour tous nos arbres fruitiers. Des heures de plaisir à enterrer tous les tuyaux menant à chaque arbre. De l’ouvrage, de l’ouvrage, encore de l’ouvrage… Et je n’ai pas encore parlé du vignoble!

    Laisser un commentaire